Portrait d'artiste : Marine Toux


Marine Toux est une artiste et photographe française qui traduit des émotions intérieures en images. Marine fait tomber les masques à travers ses photographies introspectives.

Quel est ton parcours et comment es-tu devenu photographe ?

Enfant je suis passée par plein d’envies différentes : dessinatrice de BD, de dessin animé, styliste, écrivain etc. Et puis j’ai commencé la photo, ma mère m’a offert mon premier bridge pour mes 17 ans et je me suis inscrite à l’asso de photo étudiante de Nantes. Je n’avais pas encore décidé d’en faire mon métier.

Je voulais être journaliste au début, ça me semblait plus sérieux comme manière d’être créatif, donc j’ai fait une fac de Lettres, puis Info-Com. Et puis une fois que j’ai eu ma licence, je me suis rendue compte que, d’une part la photo pouvait être un métier, et d’autre part que c’était vraiment ça qui me plaisait, plutôt qu’écrire. Donc j’ai décidé de préparer le concours de l’ENS Louis-Lumière, en filière Photographie.

J’ai commencé l’école en 2012, c’était dur mais j’ai appris beaucoup de choses ! Après mon diplôme en 2015, j’ai travaillé pendant 2 ans et demi dans une boutique de photo argentique, le temps de me faire un book, un réseau etc. Et donc aujourd’hui, je suis photographe free-lance depuis février 2018.

Quel est ton premier souvenir artistique ?

Je dirais les dessins et les photos de voyage de ma tante, qui est allée partout dans le monde et qui ramenait toujours des images sublimes. Les dessins de ma mère aussi, qu’on retrouvait parfois dans des cartons et qui me faisait rêver.

Et puis sinon ma mère nous faisait toujours faire plein d’activités créatives quand on était petits: dessin, peinture, pâte à sel, etc. A l’école, les seuls livres que j’empruntais à la bibliothèque c’était des livres de bricolage/loisirs créatifs, j’adorais apprendre à fabriquer des trucs.

Quels sont les univers qui t'inspirent aujourd’hui ? Et quels sont ceux qui ont fait partie de ton évolution en tant que photographe ?

J’aime les univers intimistes, subjectifs, l’impressionnisme, le quotidien, les rêves, l’étrange, la douceur, la couleur, le surréalisme, la poésie, la naïveté, etc. Je peux citer par exemple Nan Goldin, Diane Arbus, David Lynch, Sofia Coppola, Larry Clark, JH Engström, Joel Meyerowitz, Petra Collins, la science-fiction, les teen movies, les romans pour ados, et tellement d’autres choses.

Peux-tu nous décrire l’univers dans lequel s’inscrit ta démarche artistique ? 

Il y a beaucoup d’introspection dans mon travail, j’essaye de traduire des émotions intérieures en images. Tout est très lié à l’intimité, la mienne ou celle de mes modèles. Faire tomber les masques pour montrer la mélancolie qu’il y a en nous.