Portrait d'artiste : Léa Boeglin


Léa Boeglin est une artiste et photographe française qui, à travers son œuvre, invite à la contemplation et à l’introspection. Elle s’inspire de scènes quotidiennes telles qu’une interaction, une atmosphère, une lumière, une association de couleurs, une énergie.

Quel est ton parcours et comment es-tu devenue photographe ?

Dès toute petite ma mère m’a fait découvrir l’art à travers le cinéma, la lecture, des visites d’expositions, la musique. Elle a vu que cela me plaisait et m’a inscrite dans divers cours extra scolaires comme le théâtre, la bande dessinée ou des cours d’arts plastiques. A cette époque je voulais devenir auteur de livres pour enfants et illustrer mes textes.

A l’école primaire j’avais même créé un journal d’une page où je parlais de divers sujets, tels que les dinosaures, que j’illustrais avec des amies. On le distribuait dans la cour de récréation.

Jusqu’au jour où j’ai reçu un appareil photo jetable pour mon anniversaire et j’y ai tout de suite pris goût. Je faisais des petits reportages photo dans ma maison.

A mon entrée au collège sont arrivés les blogs et c’est à ce moment là que j’ai commencé à me mettre plus sérieusement à la photographie, en photographiant et en mettant en scène mes amies de l’époque.

Au lycée j’étais de plus en plus déterminée et j’ai décidé de prendre des cours de labo argentique ainsi que des cours du soir aux Beaux Arts d’Aix-en-Provence. A 18 ans, j’ai été admise au BTS Photographie au Lycée Auguste Renoir à Paris.

Quel est ton premier souvenir artistique ?

C’est difficile à dire, je ne sais pas si c’est le premier...

Je me souviens qu’on m’avait offert une reproduction de «Impression, soleil levant» de Caude Monet qui m’avait particulièrement marquée. J’étais fascinée par la manière dont Monet restituait la lumière en peinture.

Quels sont les univers qui t'inspirent aujourd’hui ? Et quels sont ceux qui ont fait partie de ton évolution en tant que photographe ?

Je puise mon inspiration à travers des rencontres, des lectures, dans des films, en écoutant de la musique, dans la peinture mais aussi dans la sculpture ou l’architecture.

Je suis aussi très sensible à des parcours d’artistes, je lis beaucoup de biographies & d’autobiographies, dernièrement j’ai été transportée par «Ma vie» d’Isadora Duncan.

Je m’inspire également de scènes quotidiennes telles qu’une interaction, une atmosphère, une lumière, une association de couleurs, une énergie.

Mais ma principale source d’inspiration est mon vécu et celui de mon entourage.

Peux-tu nous décrire l’univers dans lequel s’inscrit ta démarche artistique ? 

Mon univers est très souvent teinté d’intime et de nostalgie. J’essaye d’y apporter beaucoup de douceur, de délicatesse, de poésie et de narration. C’est un travail qui se veut honnête/brut et souvent minimal(iste) car j’aime aller directement à l’essentiel.

Celui-ci est en mutation constante au fur et à mesure de ma pratique.

 

Quel est le ou les message(s) que tu souhaites véhiculer à travers tes créations aujourd’hui ?

Je souhaite interroger les gens, j’aimerais que mon travail invite à la contemplation, à l’introspection.